Entr’acte


Réalisé par René Clair en 1924, il était destiné à être diffusé à l’entracte de Relâche, ballet dadaïste de Jean Börlin et Francis Picabia au Théâtre des Champs-Élysées, par les Ballets suédois.

Le film est un hommage aux films burlesques de l’époque, la partition d’Erik Satie fut composée en suivant scrupuleusement le rythme des images du film en un temps où le film était encore muet. De ce court métrage, d’avant garde « qui ne respecte rien, si ce n’est le droit d’éclater de rire », disait Picabia ou, comme l’écrivain Alexandre Arnoux le revoyant de nombreuses années plus tard : «  Ce film est toujours jeune. Aujourd’hui encore on a envie de le siffler  ».