Le Pentagone développe une armure ultra technologique inspirée d’Iron Man

Les technologies vont venir aider les soldats américains. Avec des universités et des sociétés de technologies, le Pentagone travaille sur une armure ultrasophistiquée inspirée de celle d’Iron Man.

Le Pentagone ne s’en cache pas. Les super héros inspirent sa stratégie de défense et, celui qui stimule le plus ses chercheurs n’est ni Spiderman, ni le Surfer d’Argent et encore moins Superman. Il s’agit d’Iron Man dont l’armure est un concentré de technologies que l’armée américaine tente de reproduire pour ses soldats.
La plupart des innovations issues de la robotique et de l’informatique composent cette armure qui a été baptisée « Tactical Assault Light Operator Suit » (ou Talos). Cet acronyme fait référence aux automates de bronze dans la mythologie grecque, que Zeus déployait pour protéger sa maîtresse Europa. Cette fois, les Talos devront protéger l’America.
Ce projet a été initié par l’amiral William McRaven, à la tête du commandement des opérations spéciales, et devenu célèbre quand il a dirigé le raid des Navy SEAL pour tuer Oussama Ben Laden en mai 2011.

Talos peut tout faire, sauf voler

Comme dans les jeux vidéo, le combattant qui la revêt peut consulter le niveau de ses signes vitaux lorsqu’il est blessé et dispose d’une géolocalisation pour savoir où il se trouve et où sont ses camarades et ses ennemis. Par contre, les gradés de l’armée américaine avertissent que contrairement à l’armure de Tony Starck, elle n’est pas prévue pour voler. Ces missions sont laissées aux drones.
Le Pentagone annonce des gadgets tout aussi impressionnants. Elle pourrait être équipée d’un bouclier liquide qui est en cours de développement dans les laboratoires du MIT. Comme dans Terminator, qui lui non plus ne vole pas, cette protection se solidifie avec une charge magnétique ou électrique.
Quant au casque, il est bien sûr équipé d’écran pour informer le soldat. S’inspire de celui des pilotes du nouveau chasseur F-35. On ne dit pas si Google proposera la technologie qui équipe ses Glass. Par contre, le Pentagone a révélé à l’AFP que Talos sera développé par les universités, les scientifiques travaillant pour des agences fédérales, et « des sociétés de technologies ». Aucun nom n’a toutefois été dévoilé.

Un appel à projets est lancé par l’État Major

Pour inciter les meilleurs chercheurs à participer au projet, le commandement des opérations spéciales américaines (US Special Operations Command), qui supervise les « Navy SEAL », les unités d’élite de la Marine, et les « Army Rangers », ceux de l’Armée de Terre, a lancé une opération pour travailler sur des technologies pouvant être incorporées dans « une armure de combat intelligente ». Apparemment, le cout de cette armure n’est pas, pour l’instant, un critère retenu par les militaires.
Ces projets pourront être soumis jusqu’en septembre 2014. Ensuite, le commandement militaire et les responsables du Pentagone décideront comment procéder, tout en tenant compte des contraintes budgétaires grandissantes, a expliqué à l’AFP le porte-parole du commandement de l’Armée de terre pour la recherche, le développement et l’ingénierie, Roger Teel.


Source : 01net.com