Le film est deja commencé




"Au commencement était le Verbe, et puis le Verbe se fit cher, précieux, mondain, hautain… les verbeux voulant s’affranchir de ce qu’ils sont : des bouffons du roi qui, généralement, se prennent très au sérieux et ont une très haute idée de leurs destinées. Au cinéma, c’est pareil : ça commence avec une caméra, ça se poursuit chez les forains, ça finit à Hollywood et ça réclame des millions (plus la légion d’honneur, un Oscar ou 20 millions, au choix). Certains cependant résistent haut et fort à cette voie toute tracée en préférant s’occuper du Verbe, et du cinéma, et les prendre au pied de la lettre plutôt qu’avec ce genre de pincettes (en argent, évidemment) ".

C’est ainsi que sont apparus les lettristes au début des années 50, Maurice Lemaître étant l’une de leurs principales figures de proue, artiste d’avant-garde et multi-média (au sens propre) qui n’a rien perdu de la superbe ni de la hargne qui caractérise le mouvement lettriste depuis les années 50, une des rares avant-gardes à ne pas avoir été aspirée par les sniffeurs de l’institution..